Publié par : paysdesmasques | jeudi, 16 juin 2011

Crise au PQ : garder le cap et au diable putschistes, belles-mères et autres grenouilles !

Crise au PQ : garder le cap et au diable putschistes, belles-mères et autres grenouilles !

Comme il est âpre le combat pour affranchir un peuple naturellement indolent et crédule de ses fausses certitudes politiques cultivées soigneusement depuis des lustres par ses élites cupides et égoïstes. La liste des chefs messianiques du PQ qui avaient cru trouver la formule magique — l’indépendance de la patrie — pour libérer leur peuple de ses abîmes dorés est cruellement longue. Depuis René Lévesque jusqu’à Jacques Parizeau en passant par Lucien Bouchard et Bernard Landry, ces hommes blessés qui, incapables de tolérer plus longtemps le manque de résolution et l’immaturité de leurs compatriotes, ont fini par se suicider politiquement, chacun à sa manière.
Et on en est encore là aujourd’hui, après un demi-siècle d’un discours se résumant pour l’essentiel, et au-delà des flonflons de la rhétorique nationaliste habituelle, à tenter simplement de faire comprendre aux Québécois francophones qu’ils auraient intérêt à se donner un pays pour gérer eux-mêmes leur butin et sortir enfin de leur impasse de minoritaires voués à une agonie lente marquée d’épisodes humiliants comme le vote fou en faveur du NPD, parti le plus centralisateur et le plus étranger aux réalités et aspirations québécoises s’il en est. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a de la confusion dans l’air…
Pauline Marois approche à son tour du moment fatidique où elle aura à choisir entre jeter l’éponge, elle aussi, ou durer. Mais pourra-t-elle se remettre des coups de couteau que viennent de lui porter les Beaudoin-Curzi-Lapointe et autres grenouilles et belles-mères souverainistes ? Sans doute l’Histoire écrira-t-elle qu’en claquant la porte pour des raisons somme toute superficielles, et au moment même où le pouvoir se trouvait à portée de main, ces putschistes auront été les Brutus de Pauline Marois. Et peut-être même du PQ, bien que je n’en sois nullement convaincu.
Car magré le verbiage et le mémérage de la presse alimentés par des sondages populistes, voire démagogiques, comme ceux publiés dernièrement dans Le Devoir et La Presse ( la fausse démocratie des sondages bidons instantanés qui ne servent qu’à manipuler et à tromper l’opinion, on connaît… ), il y a fort à parier qu’une fois retombés les grands vents de la dernière tempête, libéraux et péquistes occuperont toujours le centre de l’océan politique, avec flottant à la marge les chaloupes à demi submergées de tous les solidaires, adéquistes et legaultistes que l’on voudra. Ce n’est pas parce qu’au plan fédéral, la mécanique électorale a dérapé dans le burlesque qu’il en sera ainsi au plan provincial. Les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets.
Pauline Marois n’a qu’à garder le cap, comme Jean Charest. Et laisser hurler les loups et coasser les grenouillettes usées et fatiguées comme Louise Beaudoin, tout en faisant monter à la surface les jeunes turcs de son parti qui ne demandent pas mieux que de continuer « à leur façon » le combat pour l’indépendance, comme ils l’ont dit à Jacques Parizeau, leur mentor devenu une matante bien encombrante…
On ne peut qu’admirer l’ancien ministre des Finances pour ses réformes, combattues à l’époque par les libéraux, rappelons-le, qui ont transformé pour le mieux la face économique et sociale de la planète Québec. Cela dit, c’est un peu « pathétique », pour reprendre le mot de son épouse, Lisette Lapointe à l’endroit de Pauline Marois, de le voir aujourd’hui faire la morale aux jeunes et à ses successeurs lui qui, disposant du pouvoir suprême pour changer les choses, l’a abandonné de façon inexcusable, en une réaction de mauvais perdant, parce qu’il avait perdu le référendum de 1995 par quelque… 35 000 voix, plus ou moins légitimes, comme la commission d’enquête sur les commandites allait le lui montrer par la suite.
Mais si elle veut durer, Pauline Marois devra changer. Elle doit modifier son image qui dérange tant de gens, rendre son discours plus substantiel et exaltant, et s’entourer aussi de stratèges et de conseillers qui sauront mieux la garder des « erreurs ». Comme cet appui aveugle au projet de loi scandaleux et antidémocratique orchestré par le maire Labeaume et Pierre Karl Péladeau avec la connivence béate de Jean Charest dont la presse fédéraliste n’a pas assez souligné qu’il était, lui aussi, l’un des grands perdants de ce cirque dont les Québécois ont le secret.
Pierre Godin

Publicités

Responses

  1. Bravo M; Godin!

    Vous résumez de façon brillante et très juste ce qui se passe au PQ. Il faudrait vous entendre plus souvent caar il y a encore beaucoup d’égarés du 2 mais dernier et autres naîfs qui auraient bien besoin d’être éclairés.

    Au plasir.
    Mme Otis (québec)

  2. En avant … !

    Malgré tous les doses de venin qu’elle a reçu venant des Parizistes, des analystes de la politique, des caricaturistes, des scribouillistes et d’innombrables ti’Jos connaissant, Mme Marois demeure la seule capable d’aller chercher la légitimité pour bâtir l’avenir du Québec, avec le nouveau programme du parti.

    Parce que notre génération a échoué, laissons à notre jeunesse la chance de travailler dans le sens du pays du Québec.

  3. Je fais connaissance avec vous Pierre, grâce à un ami, L.F. Vous maniez bien la plume et votre prise de position à la suite des récentes démissions au PQ me rejoignent au plus haut point! Ce que Jacques P. n’a pas pu faire, il doit donner à d’autres la chance de le faire à LEUR manière. Si on veut gagner l’adhésion des jeunes, il faut faire confiance à la relève.
    J’ai voué une grande admiration pour M. Parizeau, et les souverainistes de sa génération, mais son coup de gueule post-référendaire a été plus que maladroit. Mais qui ne fait pas d’erreur! Il vient un temps où on fait mieux de méditer sur ses propres égarements et d’écrire ses mémoires, afin que les jeunes ne trébuchent pas sur les mêmes obstacles.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories