Publié par : paysdesmasques | dimanche, 22 septembre 2013

La Charte et Thomas Mulcair : l’ex-activiste du lobby francophobe Alliance Québec reprend du service

 

C’est jamais platte chez nous ! Pendant que Julie Miville-Dechêne tentait de détourner maladroitement la position pro-laïcité du Conseil du statut de la femme, obéissant en cela à la ligne partisane des libéraux à qui elle doit son poste de pdg, Thomas Mulcair commettait un faux pas qui lui coûtera cher aux prochaines élections fédérales.

D’une Charte québécoise à l’autre, l’ancien activiste du lobby francophobe Alliance Québec reste fidèle à lui-même. Lui qui  a combattu avec une démagogie sans pareil la Charte du français de René Lévesque, il y a plus de 30 ans, le voilà qui reprend du service contre la Charte de la laïcité, cette fois, comme il l’a fait hier, contre celle du français.

Avec un sang-gêne incroyable, il annonce à l’avance qu’il puisera dans les coffres du NPD pour appuyer les éventuelles poursuites, noyautées en sous-main par la mouvance islamiste à l’œuvre actuellement dans la province, sous le nez de nos candides journalistes et politiciens. Ne soyez pas surpris, bonnes gens, si les inutiles et invisibles 50 députés québécois néo-démocrates qui entourent le Chef n’y voient que du feu. Trop compliquée à démêler, cette histoire-là !

Mais même sans cette bourde, que lui impose la nécessité de se faire valoir auprès d’un Canada anglais déchaîné contre nous, son parti vit en sursis au Québec. Pas de doute, Justin Trudeau lui fera les poches aux prochaines élections. Rappelons aussi que ce n’est pas Mulcair qui a fait élire la flopée incongrue de députés québécois, mais le « bon Jack » Layton, le charismatique chef du NPD fédéral aimé du peuple québécois. On le sait depuis Sir Wilfrid Laurier, les Québécois votent avec leurs sentiments et non avec leur tête. Dans certains cas, avec leurs pieds même : donc, Justin Trudeau part gagnant !

Comment expliquer autrement que par les bons sentiments qu’un parti qui n’existait pas au Québec, et n’avait jamais réussi à faire élire un seul député, en envoie d’une claque une cinquantaine à Ottawa ? Un accident de l’histoire tout circonstanciel qui ne se répétera pas. Comme celui de l’ADQ, en 2007. À moins que pour se prolonger, le NPD change de nom lui aussi, comme ces adéquistes devenus caquistes ?

Que Thomas Mulcair s’engage dans la « charge des sangliers » contre la Charte des valeurs québécoises pistonnée ad nauseam par la presse libérale et fédéraliste, comme le quotidien La Presse et Radio-Canada, qui nous inonde depuis quinze jours d’opinions hostiles, ne doit pas nous surprendre.

Quand ça l’arrange, son cheminement politique est marqué de silences stratégiques pour ne pas dire opportunistes. Comme l’a rappelé Robin Philpot, auteur du livre Le référendum volé, Mulcair a-t-il dénoncé les dépenses outrageusement illégales des libéraux fédéraux qui ont fait échouer de peu le référendum québécois de 1995 ? Nenni. S’est-il élevé contre le coup de force de Pierre Trudeau — la légendaire nuit des longs couteaux de l’automne 1981 — contre René Lévesque qui s’est vu imposer, avec la complicité des autres provinces, une constitution inacceptable dont il ne voulait pas et que le Québec n’a jamais paraphée depuis ? Nenni encore. A-t-il tourné en ridicule la soi-disant loi de la « clarté obscure » concoctée par Stéphane Dion, une véritable baffe à la démocratie bien comprise ? Nenni toujours.

On pourrait continuer d’énumérer les exemples de son laxisme et de ses silences aux dépens parfois des « valeurs » des Québécois. Pas de quoi s’étonner, donc, si depuis qu’il est à Ottawa comme chef pancanadien du NPD, il a multiplié les prises de positions canadians pas toujours conciliables avec les intérêts du Québec. Exemple : le financement par Ottawa du développement hydro-électrique de Terre-Neuce, lui qui n’a jamais craché une seule cenne noire pour la mise en valeur de l’électricité québécoise.

Après tout, si Mulcair veut survivre comme politicien fédéral, il doit miser sur le Canada anglais, car au Québec, on ne se souviendra plus bientôt que de son sourire mielleux.

Pierre Godin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories